Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Étude comparative des relations amicales auprès d’adolescent.e.s à haut potentiel

Résumé : L’investigation de la qualité des relations sociales des adolescent.e.s à haut potentiel intellectuel (HPI) montre des spécificités de cette population à besoins particuliers (Coleman, Micko & Cross, 2015). Par exemple, les adolescent.e.s HPI peuvent faire état du sentiment de se sentir différents des autres jeunes. Ce ressenti serait en partie dû au fait qu’ils sont désignés comme « haut potentiel », ce qui a tendance à les stigmatiser et à biaiser la nature de leurs relations sociales (Manor-Bullock et al., 1995). Cependant, ces résultats reposent essentiellement sur des données qualitatives recueillies auprès d’adolescent.e.s HPI. Par ailleurs, les adolescent.e.s HPI ne diffèrent pas de leur pairs concernant le nombre d’amis, mais ils évalueraient leurs relations amicales comme étant de moins bonne qualité (Masden et al., 2015). La qualité perçue de l’amitié peut être influencée par le concept de soi, le genre et l’âge (Masden et al., 2015). Toutefois, il n’existe que peu d’études dans ce domaine. C’est pourquoi l’objectif de cette recherche est d’investiguer : (1) les attentes des relations amicales des adolescent.e.s HPI en lien avec leur estime de soi, et (2) leur perception des caractéristiques spécifiques de leur meilleur.e. ami.e. Nous avons ainsi comparé 73 adolescent.e.s HPI et 73 adolescent.e.s tout-venant (mâge = 13.3, ety= 1.73) appariés sur l’âge et le sexe. Ils étaient scolarisés en 6ème, 4ème et 2nde dans des établissements accueillant des élèves à HPI. Nous avons évalué les attendus des relations amicales avec le questionnaire Friendship Expectation (Hall, 2012), la qualité de la relation avec leur.e meilleur.e ami.e avec le questionnaire élaboré par Mallet et al. (2018), et l'estime de soi avec l'échlle de mesure de l'estime de soi pour adolescents (EMESA, Kindelberger & Picherit, 2016). Les résultats confirment que les adolescent.e.s HPI n’ont pas moins d’ami.e.s que leurs pairs, t(109.7) = 1.474, p = 0.215. Cependant, les adolescent.e.s HPI ont moins d’attendus vis-à-vis de leurs relations amicales que leurs pairs, t(143.66) = 2.46, p = .007. Ils montrent particulièrement une moindre exigence de la demande de protection de la part de leur meilleur.e ami.e en cas de besoin, F(1, 142) = 5.59, p = .019. Ces résultats montrent que les adolescent.e.s HPI auraient une tendance à être plus indépendant vis-à-vis de leurs ami.e.s., et seront discutées en regard des recherches antérieures et de l’intérêt de prendre en compte en pratique leurs expériences des relations amicales.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

http://hal.univ-nantes.fr/hal-02890280
Contributor : Cécile Kindelberger <>
Submitted on : Monday, July 6, 2020 - 11:21:49 AM
Last modification on : Tuesday, July 7, 2020 - 3:42:15 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02890280, version 1

Citation

Jacques-Henri Guignard, Alexandre Aubry, Cécile Kindelberger, Béatrice Bourdin. Étude comparative des relations amicales auprès d’adolescent.e.s à haut potentiel. La psychologie du développement et de l’éducation pour le 21ème siècle, RIPSYDEVE, Oct 2020, Nancy, France. ⟨hal-02890280⟩

Share

Metrics

Record views

98